jeudi 25 août 2016

Eastbourne partie 2 : Le samedi après midi




Après une soirée bien arrosée à refaire les donnes des 3 premiers matchs avec Jason Hackett et Andrew Mcintosh. Nous voila samedi matin toujours 101 ème avec 34 PV ... 21 PV derrière les premiers.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je souhaitais vous faire un aparté sur le système de classement anglais que je trouve original et peut être plus parlant que celui de la FFB. Le classement de chaque joueur est un pourcentage qui représente le résultat qu'il devrait faire dans un champ "moyen".
Par exemple, si vous êtes classé 56% cela signifie qu'en faisant un tournois de régularité dans le club où les joueurs sont les plus représentatifs des licenciés anglais, vous devriez faire 56%, en dessous cela sera une contre performance, au dessus une performance. Ce classement évolue à chaque séance joué, avec un poids plus ou moins important en fonction des compétitions et se base sur les 2000 dernières donnes jouées.

Les avantages que je trouve à cette méthode sont, d'une part que cela ne pénalise pas les joueurs qui jouent peu d'épreuves et d'autre part éteint complètement les polémiques du type les jeunes, séniors ou femmes ont des classement faussés.

Le premier de ce classement est le champion Andrew Robson avec un score de 73.42% !! Stefan, mon partenaire, est tout de même classé 24ème avec 67.48%. Vous trouverez sur cette page le classement complet. Il faut avoir joué au moins 1000 donnes pour être éligible, je ne suis donc pas classé.

Le eastbourne meeting est composé de 270 paires dont le niveau moyen est de 58.95%.

Match 4 :

Un match où les moyennes se sont enchaînées, avec sur les 7 premières donnes : 53%, 58%, 48%, 59%, 42%, 58 et 40% ... avant qu'enfin nos adversaires fassent une faute et qu'on marque 90% sur la dernière donne.


La donne (qui n'est pas celle du 90%) :



Stefan ouvre d'1SA en nord, est passe, 2♥ chez moi, passe en Ouest et 3P chez Stefan. Est n'a du coup pas osé bronché et la séquence s'est arrêtée là alors que les adversaires font 4K. 1 de chute pour un score autour de la moyenne.
Beaucoup de bonnes paires décident d'ailleurs de dépasser 2M après un texas dès qu'ils ont 4 cartes avec 3M étant l'option faible. Je n'ai pas d'avis personnel sur la question hormis peut être l’aspect psychologique. Voir les adversaires réveiller, que je dise 3M et qu'ils disent 4m (où qu'ils me contrent pour -1 en /2) me donne plus de regrets que de jouer 3M -1 alors que peut être que j'aurais pu jouer 2M.  Qu'en pensez vous ?

Résultat : Victoire 14-6


Match 5 :

Un match assez énervant, plutôt bien joué, deux bons coups mais le fond moyen moyen avec beaucoup de donnes entre 35 et 45% sans pouvoir faire grand chose, et enfin un 7P demandé par les adversaires pour une note de 20%.

La donne :

Je vous propose d'enchérir ma main :
Tous rouge, votre partenaire ouvrir d'1K en 4ème, on passe à votre droite. En IMP, vulnérable, je crois qu'on est un peu obligé de dire 2SA. Ici (en paire), sachant qu'on ouvre assez facilement d'1SA avec un beau 14, que la main est 4333 j'ai décidé de dire 1SA (bien que celle ci ne soit pas si moche). Ouest à contré en réveil et Est à dit 2P. Maintenant, il faut assumer, j'ai dénié 4P et suis hyper maxi, Contre !

Tous les chemins menant à une de chute, nous avons réussi à ne pas filer ! Le magique 200 à rapporté 86%.

Résultat : 10-10

Match 6 :

Contre une paire qui jouait le trèfle fort, une partie très bien maîtrisée de notre part ... pendant 7 donnes. Nous avons eu une incompréhension d’enchères sur une séquence toute bête : 1T P 1K 1P X. pour moi cela montrait 4C et pour lui c'était un support double à K, et vous, comment jouez vous cela? Nous avons terminé à 5K plutôt que 4C et marqué une bulle pleine. Frustrant ... et très cher. Heureusement le reste était bon.

La donne :

Stefan qui joue habituellement le trèfle fort sait à quel point cela peut être gênant de voir les adversaires vous barrer. Il décide d'intervenir à 1C en nord sur l'ouverture d'1T (16+ toutes distributions) à sa droite, Est dit 2C, qui montre 8 points et + sans couleur 5ème. Je dis 3C en sud et maintenant l'ouvreur est bien embêté. Doit il dire contre pour retrouver le 4-4 à P sachant que son partenaire va dépasser 3SA s'il n'a pas 4 P ou doit il conclure à 3SA ? Il choisira cette dernière option et marquera 6% à +460.

Résultat : Victoire 15-5

Match 7 :

Un match d'attaquant, que j'illustrerais par 3 donnes :

Donne 1 :


J'ouvre en Ouest d'1T et la séquence continue  : 
1K 1P 2C X (qui montre 3P) 
 P 4P  5K! X 
 P  P   P  

Ils sont à l'attaque ! on sera une des seules tables à jouer ce contrat tandis que 4P sera battu environ une fois sur 2 ... moyenne.


Donne 2 : 

 En est, Stéfan décide d'intervenir à 3P sur l'ouverture d'1C . P P X P P P . 2 de chutes, 500 et une belle rondelle .... mais on ne se décourage pas !

 Donne 3 : 



J'interviens à 4P sur l'ouverture d'1K en sud qui est presque obligé de réveiller par contre. Nord à passé fièrement, mais son 9 de la poisse 4ème ne suffisait pas. 590 !

 Je ne sais pas vraiment s'il y a une morale à cette histoire, mais mon point de vue est qu'il ne faut pas hésiter à :
  • Barrer à tout va, des fois ça tombe bien, des fois non, mais c'est plus compliqué pour les adversaire de jouer un adversaire comme ça qu'un joueur "banque de France". Style que j'estime à taux d’intérêt négatif :).
  • Réveiller de façon assez agressive. Pour les même raisons.
Et vous, quel est votre point de vue sur les barrages et réveils ? Qu'auriez vous fait sur ces 3 donnes?

Quand le brouillard se dissipa sur ce match, nous avions perdu 11-9 mais une impression de s'être bien battu !

Résultat : Défaite 9-11


Point à mi parcours :

Après 7 matchs sur 14 nous sommes 60ème avec 82PV. Les premiers ont 111 VP et les 10 ème 100. Nous remontons donc dans le classement mais nous éloignons de l'objectif en terme de points. Il va falloir marquer plus.
Sans avoir été parfait, nous avons tout de même l'impression d'avoir plutôt bien joué et sommes persuadés qu'en continuant à s'accrocher nous allons remonter.


5 commentaires:

  1. C'est clair qu'aujourd'hui ça barre de plus en plus, les gens n'ont peur de rien. Bon sur la donne ou vous prenez 500 vous êtes rouges alors c'est peut être abusé..
    Pour le classement rosbeef je comprends pas trop. Il y a quand même des divisions? Et l'imp? Faire 75% de moyenne sur 2000 donnes si c'est en tournoi de club ou la moyenne d'age c'est 89 ans et ou les mémés ne savent pas différencier un As d'un 8 ça n'a pas trop d'intérêt?
    Franchement le système de classement français, basé uniquement sur la performance, me plait bien!

    RépondreSupprimer
  2. 3P dans le 6-5, on a eu de la chance que ce n'était pas moi, sinon on aurait peut être jouer 4 :).
    Pour le classement, oui, il y a des équivalences en classement, par exemple au dessus de 67% tu es classé As de pique, etc ... .Je pense que le fait que le poids des épreuves "nationales" type équivalent DN soit plus important limite le problème de l'impact des tournois de régularité, mais ton point reste valide. Enfin, pour les tournois en IMP ou en match par 4, il existe un calcul savant que je ne sais analyser pour faire une équivalence . Ceci étant je suis d'accord avec toi, le classement français est plutôt très bien fait. Je lui trouve uniquement comme inconvénients de booster les gens qui jouent beaucoup dont les épreuves spécifiques à une catégorie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça c'est sur que les séniors dames se goinfrent de compétitions, qui certes ne rapportent pas autant qu'en open, mais qui mises bout à bout peuvent quand même faire des écarts. La suppression des épreuves Dames serait pour moi une évidence, mais ça ne peut pas passer politiquement!

      Supprimer
  3. Concernant les barrages, je m'estime relativement agressif, mais je pense que toi tu me verrais comme extrêmement timide ! Je pense qu'il y a un aspect psychologique qui joue aussi : si on joue vraiment hyper agressif, il faut être capable de continuer à bien jouer après s'être pris un 1100 contre rien dans la tronche, et avoir des partenaires qui vont bien prendre une feuille de match où on a pris une branlée sur des coups qui ont mal tourné (y en a qui ont du mal à se souvenir des autres matchs où ça a rapporté dans ces cas-là). Après c'est clair que ça augmente l'écart-type, personnellement je pense qu'il faut quand même savoir se limiter, notamment en fonction de la vulnérabilité (pour reprendre la donne d'Ostende sur le blog de Fred, je n'ouvre pas avec R10xxxx xx Dxx xx rouges contre verts).

    Pour le classement français, je suis assez d'accord sur le fond, mais il y a quand même plein de choses qui fonctionnent très mal : outre les épreuves catégorielles comptées pour le classement Open (une absurdité totale), le classement à base de PE jusqu'à 2P est une récompense à l'ancienneté complètement hypocrite (une fois qu'on n'est plus concerné on a tendance à l'oublier, mais tout le monde ne monte pas première série en deux ans non plus), et les bonifications en PP sont extrêmement inégales selon les comités à niveau équivalent (un joueur qui joue l'Interclubs en Val de Seine ou à Paris, même si c'est un peu mieux doté, va gagner en moyenne beaucoup moins que dans un comité de province).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En jouant très agressif, tu augmentes la variance et avec le temps ... ta résistance à la variance. Donc en principe tu es mieux armé psychologiquement pour continuer à bien jouer après avoir décaissé 1100 que les adversaires le sont après avoir joué 4P avec 13 levées sans impasses. En ce qui concerne les partenaires, s'ils n'acceptent pas ça, tu peux en changer :).

      Supprimer